Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 13:17

http://img23.xooimage.com/files/d/5/e/film-1aec7f2.jpg

 

Grand désarroi a frappé à ma porte lorsque mon fils Raoul, juriste d’eau douce, est rentré à la maison en balançant littéralement sa sacoche à travers le living-room.

 

Moi : Bienvenue dans la casbah jeune homme... Je suppose que ta première séance de TD [=travaux dirigés] s’est bien passée ?

 

L’Aîné claque la porte d’entrée derrière lui, propulse avec dépit ses chaussures du bout des orteils, ne s’excuse pas auprès du Second (Jacques) qui a malheureusement reçu la sacoche dans la caboche, et se laisse tomber dans le canapé avec un râle d’agonie.

 

Raoul 19 ans (étudiant) /Raoul 24 ans (chargé de TD) : Affreux. Infernal. Long. Pénible. Je ne vais pas survivre au semestre. Mamaaan, je peux avoir un chocolat chaud steuuup ?

 

Ma chère et tendre est recroquevillée sur son bureau où elle vient péniblement à bout de son dossier de la journée. Elle lance à Raoul un regard des plus explicites, l’air de lui rappeler qu’il ne tient qu’à elle de mettre un terme à son bail sous notre toit. Puis elle se remet à scanner consciencieusement ses documents, comme si de rien n’était. Magnanime, je range ma manet… cesse la lecture du journal et me dirige vers la cuisine après avoir enjambé le corps sans vie du deuxième fils.

 

Moi : Qu’est-ce qui s’est passé ? Ne me dis pas que tu as changé d’avis. C’est toi qui voulais ce TD.

 

J’entends de loin le bruit de la console se rallumer. Le traumatisme ne dure qu’un temps.

 

Raoul (19 ans) : Le chargé de TD est un blaireau… Un tyran en plus. J’aurais mieux fait de prendre l’autre option.

Moi : Ah non, Relations internationales c’est le passage obligé ! Pas question de prendre Eco ! En plus j’ai fait des pieds et des mains pour que tu puisses être placé là. Ne ruine pas mes efforts de cooptation !!

 

J’observe un gros pot de Nutella avec perplexité. Ce n’est peut-être pas comme ça qu’on fait du chocolat chaud… mais après tout c’est du chocolat. Ça fondra tout aussi bien. Comme animée par un instinct de protection (de notre cuisine ou de notre enfant), Lucie surgit comme un diable, m’ôte le Nutella des mains au moment où je m’apprête à le déverser dans une casserole de lait frémissant et m’invite à disposer. Pfff, je suis toujours brimé dans mes tentatives de sublimer l’art culinaire. Puisque c’est comme ça, je m’occupe des tasses. Na.

 

Raoul (24 ans) : Je sais P’pa… mais c’est peut-être un peu trop tôt finalement. J’ai peur de ne pas avoir le niveau pour enseigner.

Moi : Rooooh, ça ira mieux à la prochaine séance… ou pas d’ailleurs. Bon… la première séance c’est toujours un moment mémorable… dans le bon sens, comme dans le mauvais. Après tout, je suis tombé dans les pommes à mon pre…

Lucie : Tu as beaucoup de travail à préparer ?

Raoul (19/24) : Vu la fiche, ça va bien me prendre quinze heures par semaine !! Y’a genre vingt pages de documents… dont la moitié EN ANGLAIS. Et ne parlons même pas des dissertations et des commentaires. Ça va être chaud de trouver des plans valables pour tout ça. Et notre vie sociale alors ?

Moi : Les Valoche n’abandonnent jamais et ne craignent rien, fils.

Lucie : Tu as peur des clowns.

 

Je foudroie ma femme du regard.

 

Moi : Ils ne sont pas HUMAINS ! Ce sont des créatures du diable, à l’instar des araignées, des mannequins The Kooples, des nazgûls, des nord-coréens, des apôtres du jus cogens et d’Amanda Lear. Les Valoche ne craignent rien d’humain. Quoique… mon frère Matthieu est un sacré froussard… il doit y avoir des exceptions à la règle. A moins que…

Lucie : Pour l’amour de Dieu, Hervé, ramène ces tasses… et finis de scanner mes documents pendant que je prépare le goûter.

Hervé : HEIN ? Mais pourquoi moi ? J’ai le journal à lire ! Je porte déjà les tasses ! Je dois faire le narrateur pour ce billet ! Demande au Second !

Lucie : Au travail ! Et… arrête de les appeler « l’Aîné » et « le Second », tu vas finir par laisser des séquelles à Jacques. Il va croire qu’il est moins important…

 

Le Sec… Jacques arrive justement dans la cuisine et me toise d’un air réprobateur, comme pour confirmer ces propos. Je hausse les sourcils, l’assure qu’il aura le même héritage que son frère, à savoir rien, et que je l’aime quand même... quand il ne me coûte pas trop cher. Puis je quitte la cuisine pour m’en aller dresser la table du goûter, scanner les documents et vous conter les mésaventures de Raoul.

 

Vous l’avez sans doute déjà compris : pour les besoins de ce billet, mon fils jouera à la fois le rôle du nouveau chargé de TD (Monsieur Valoche) et de l’étudiant (Raoul), parfois accompagné de camarades déjà exploités dans de précédents billets.

 

Dix heures plus tôt :


Des moments qui précèdent le premier TD


Le tout jeune enseignant chargé d’assurer la formation approfondie des étudiants durant les TD (méthodologie, doctrine… et tout ce qui n’aura pas pu être vu en cours magistral) aura généralement un rendez-vous avec le professeur responsable, en tête-à-tête ou en équipe, au tout début de semestre.

 

Il recevra à cette occasion des directives sur la « gestion » du TD, du programme, et des étudiants. Paradoxalement, il aura révisé tout le programme du semestre, de peur que l’enseignant ne lui pose des questions ou ne lui demande son avis sur le contenu de la séance 7.

 

Selon les cas, l’enseignant responsable (ici le Professeur Heloïse Kirsch) donnera à Monsieur Valoche des directives précises (fréquence de ramassage des copies, méthode de calcul des moyennes, gestion de l’assiduité…) ou, plus rarement, lui laissera carte blanche sur le déroulement des séances et le choix des exercices.

 

Monsieur Valoche n’osera pas poser au Professeur Kirsch les questions qui tuent, notamment la terrible « Est-ce que la première séance est une séance zéro où une vraie première séance ? », voire la redoutée « Euh… J’ai lu la fiche mais je crains de ne pas avoir compris le premier cas pratique… vous pourriez me donner la réponse pour que je puisse la… transmettre aux étudiants ? ».

 

Monsieur Valoche ira poser toutes ces questions à un chargé de TD plus expérimenté, que l’on appellera ici Jarod Sakay. Ce dernier, bonne pâte, l’éclairera de sa science au cours d’une formation express à la fonction de chargé de TD, devant la machine à café.

Jarod : Surtout ne leur donne pas ton numéro de téléphone. Ils sont capables de t’appeler. Et pense à verrouiller ton Facebook : leur premier réflexe sera d’aller chercher des infos sur toi.

Jarod signalera au passage à Monsieur Valoche que, comme il est vacataire et non contractuel, il ne sera payé qu’à la fin du semestre… donc cinq mois plus tard. Monsieur Valoche envisagera de passer un coup de fil à son banquier pour solliciter sa bienveillance d’ici là.

 

Les étudiants iront à l’administration pour choisir leurs groupes de TD… ou pas si la fac le fait d’autorité. Dans la pire des configurations, ils auront le choix entre le groupe du lundi 7h45, vendredi 19h25, samedi 8h… ou le groupe qui tombe pile sur l’heure du déjeuner, entre deux cours magistraux (le premier s’achevant à 12h30 et le deuxième reprenant à 14h… avec un prof qui ne tolère pas le moindre retard).

Raoul : Purée, le traquenard ! Soit je mange en cours en essayant de ne pas me faire griller, soit je ne peux pas déjeuner avant 16h !

Linda Sicaro : Je crois que je préfère encore celui du lundi matin… même si ça m’oblige à partir de chez moi à 6h.

 

Monsieur Valoche réalisera (parfois) qu’il est censé imprimer le fascicule de 135 pages à ses frais. Les étudiants aussi.

 

Les étudiants inscrits dans le groupe de Monsieur Valoche chercheront son nom sur Google et Facebook afin de trouver le maximum d’informations. Après tout, il n’est jamais trop tard pour réaliser que le futur chargé de TD est membre d’un club communal de chasse en battue, et donc renoncer à s’inscrire dans cette matière.

 

http://img104.xooimage.com/files/7/f/c/prembairaoul-452b6c4.jpg

 

Monsieur Valoche devra se rendre à l’administration pour récupérer ses listes d’étudiants. En chemin, il tentera de frauder dans la file d’attente grâce au fameux « Poussez-vous manants, je suis chargé de TD (maintenant) ! ». Une fois entré, et après avoir convaincu les secrétaires qu’il est bien chargé de TD (après tout, il n’a toujours pas signé de contrat à la DRH donc n’est pas en mesure de prouver sa bonne foi), il recevra ses listes… ou pas tout de suite si elles ne sont pas prêtes.

 

Monsieur Valoche apprendra que sa liste d’étudiants n’est pas encore complète malgré les trente noms qui y figurent déjà, car les étudiants ERASMUS n’arriveront qu’à la deuxième séance.

Dame de l’administration : Soyez tranquille Monsieur Valoche ! Beaucoup d’étudiants ne se présentent jamais en TD. D’autres abandonnent au bout de deux ou trois séances car ils réalisent qu’ils ne sont pas faits pour le Droit.

 

Monsieur Valoche – qui, à ce stade, sera encore anonyme – et ses étudiants attendront devant la salle de TD : à l’instar des neuf prochaines séances, le TD précédent ne sera pas encore fini alors que le suivant aurait dû commencer « il y a déjà cinq minutes bon sang ».

 

Ivres, les étudiants commenceront à parler à voix haute de leur futur chargé de TD, se demanderont s’il est aussi moche que sur sa photo Facebook, inaugureront les jeux de mots ridicules sur son nom de famille et prieront pour ce que ne soit pas un « gros c** ». Monsieur Valoche, toujours anonyme, rongera son frein et prendra note pour le futur.

 

De l’entrée en TD


Dans l’éventualité où les étudiants se seront installés dans la salle avant lui, l’entrée de Monsieur Valoche constituera un moment critique, déterminant pour la suite du semestre. Elle sera, selon les cas, magistrale (pas assuré, regard déterminé, froncement de sourcils intelligent), impériale (mouvement gracieux de mèche de cheveux, posé habile de sacoche sur le bureau) ou foireuse (trébuchage sur le sac à main de Beyoncé Coulibaly).

 

Le fait d’entrer dans une salle de TD, de commencer un TD de Relations internationales et d’entendre les étudiants lui signaler au bout de quelques secondes qu’ils sont là pour un TD en droit privé, sera considéré comme une entrée foireuse du chargé de TD. [ndlr : L’erreur est récurrente, aussi bien côté enseignant que côté étudiant. Lisez bien votre numéro de salle bon sang !].

 

Monsieur Valoche se dira que les étudiants ont l’air à peine plus jeune que lui et réalisera qu’il était à leur place deux ans plus tôt.

 

Les étudiants se diront que Monsieur Valoche fait jeune mais n’arriveront pas à lui donner d’âge. Ce sera la grande interrogation de leur semestre pour ce TD et ils chercheront éventuellement à obtenir une réponse à la dernière séance.

 

Le prononcé, ou non, d’un « Bonjour » jovial au début du TD en dira long sur l’ambiance des semaines à venir.

Linda Sicaro : Il n’a pas dit bonjour. C’est pas bon signe.

Raoul : Tu crois ?

Linda Sicaro : On va morfler avec lui.

Monsieur Valoche : (Mince… j’aurais dû dire bonjour au moment où je suis entré. Ou alors… peut-être dois-je attendre de m’installer au bureau ? Ou bien… quand je leur adresse la parole ? M****, c’est trop tard, je suis déjà assis à mon bureau !! Il vont me prendre pour un enfoiré…)

 

Le bref moment durant lequel Monsieur Valoche se tiendra à son bureau, silencieux face à ses étudiants, en plein déballage du contenu de sa sacoche, sera également déterminant, notamment d’un point de vue vestimentaire et capillaire. Il n’aura pas le droit à l’erreur pour cette première rencontre.

Monsieur Valoche : (Bon, tout va bien. Je suis en costume. Ma cravate est nickel. Pas d’épi sur la tête. Rasé de près. Je fais sérieux.)

Raoul : (Sérieux… le mec a un sac à dos Eastpak ? Il a quinze ans ?)

Nicole de la Pétassière : (Costume Delaveine à mon avis.)

Jacques McCoy : (Pfff. Il a ramené le manuel de Vernasi-Paquet… Encore un positiviste.)

 

http://24.media.tumblr.com/d3e1632a4d46bb19552021551f7fcae6/tumblr_n3fnfgXHPU1rymr5wo1_500.gif

 

Avant même d’avoir pu faire quoi que ce soit, Monsieur Valoche sera abordé par :

-des étudiants non inscrits dans son groupe mais qui souhaitent y venir parce que l’autre horaire / chargé de TD les indispose ;

-des étudiants qui ne sont inscrits dans aucun groupe mais ont vu de la lumière donc sont venus, en espérant pouvoir régulariser leur situation ;

-des étudiants qui étaient dans le groupe de Jarod Sakay mais que ce dernier a sournoisement incités à changer de groupe pour réduire ses propres effectifs ;

-des étudiants qui savent déjà qu’ils seront absents à la séance 3 et qui veulent savoir « Comment ça se passe » ;

-des étudiants qui souhaitent signaler leur allergie mortelle à la jurisprudence ;

-des étudiants qui ne veulent pas être inscrits dans cette matière mais hésitent à s’y inscrire finalement parce que l’autre option a « quand même l’air vachement difficile ».

 

Des salamalecs


Monsieur Valoche se présentera et guettera, avec appréhension mais sévérité, le moindre signe de réaction moqueuse par rapport à sa voix ou à son nom. A première vue, personne ne bronchera.

 

Plusieurs étudiants ricaneront en leur for intérieur. Pas tellement à cause du nom ou de la voix, mais parce que Monsieur Valoche aura une feuille de salade coincée entre les dents.

 

Monsieur Valoche fournira, bon gré mal gré, son courriel aux étudiants en les menaçant de sanctions si :

-ils l’utilisent pour lui poser des questions de cours ou, plus généralement, des questions auxquels ils peuvent trouver eux-mêmes les réponses en faisant un minimum de recherche ;

-s’il reçoit des spams de leur part ou se retrouve mystérieusement inscrit à des mailing-lists pornographiques ;

-s’ils ne respectent pas les règles élémentaires de courtoisie dans le courriel.

 

Il sera parfois demandé aux étudiants de se présenter devant leurs petits camarades et de faire état de leurs projets. Ce sera un moment de stress pour beaucoup d’entre eux, surtout en première année de Droit.

 

http://img100.xooimage.com/files/d/2/b/ecoledesfansraoul-452b606.jpg

 

Monsieur Valoche s’apprêtera à faire l’appel, regardera sa liste d’étudiants et verra défiler une liste de noms issus de Beverly Hills (Brenda Pouvière), de Friends (Chandler-Pierre Martin), de Loft Story (Loana Diallo) ou de l’équipe des Bleus 1998 (Zinedine Durand), entre autres. Il fera l’appel en gardant son sérieux puis demandera si quelqu’un a été oublié. Trois ou quatre mains d’étudiants, incrustés dans le groupe à la dernière minute, se lèveront.

 

Monsieur Valoche repérera toujours un étudiant « flippant » dans son groupe, au moment de l’appel. Il le décrira généralement (et secrètement) comme « l’étudiant flippant ». Le caractère « flippant » de l’étudiant dépendra du chargé de TD : étudiant goth, étudiante surmaquillée, étudiant ressemblant étrangement à Jack le tueur en série de « Profiler », etc.

 

Les étudiants seront priés de remplir une fiche d’assiduité et de ramener une photo d’identité ne datant pas, si possible, de la 3ème. Les photos seront fournies par les étudiants dans un délai variant entre immédiatement et la séance 9. Il s’agira parfois de photocopies de photocopies, d’une netteté moindre que les chefs d’œuvre de la Grotte de Lascaux.

 

Les étudiants hésiteront à inscrire leur courriel ou leur numéro de téléphone sur leur fiche, de peur que ces coordonnées ne soient utilisées pour leur transmettre du travail supplémentaire. Le dilemme sera abrégé par la mise en circulation d’une feuille sur laquelle ils seront « invités » par Monsieur Valoche à fournir leurs coordonnées privées « au cas où ». Beaucoup d’adresses ridicules telles que sangokudu20-1@gmail.com ou loulounette_malicieuse@skyrock.com seront alors révélées.

 

Les règles d’assiduité, une fois présentées, donneront lieu à la première tentative d’application d’un raisonnement juridique par les étudiants… et par Monsieur Valoche :

Linda Sicaro : Mais donc… on a droit à maximum trois absences ?

Monsieur Valoche : Non, à deux absences justifiées et, à titre exceptionnel, une troisième absence pour des motifs impérieux.

Linda Sicaro : Monsieur… Qu’est-ce que vous appelez un motif impérieux ?

Paul Tergeist : Y’a besoin d’un certificat médical pour que ce soit « justifié » ?

Raoul : (Motif « impérial » ?).

Maurane Gociatrice : Bah en fait on peut être malade deux fois et la troisième faut que l’on soit proche de la mort… en gros, non ?

Monsieur Valoche : Euh… non… Non. Silence vous tous ! Un motif grave… c’est un motif… important !

Jacques McCoy : Sous un angle objectif comme pour la force majeure ou bien sous un angle subjectif ?

Monsieur Valoche : Si vous êtes absent une seule fois je vous mets défaillant. Voilà.

 

Un étudiant arrivera avec vingt minutes de retard, en plein échange sur les règles d’assiduité et de ponctualité. Il fera immédiatement l’objet d’une mesure de reconduite à la frontière, pour l’exemple.

 

Des modalités de notation


Monsieur Valoche indiquera que les étudiants sont censés lire la fiche correspondant à chaque séance AVANT de venir en TD. A ce moment, les étudiants feuilletteront rapidement toute la fiche et réaliseront que chaque séance fait environ 20 pages, en Times New Roman police 8 (voire en Comic Sans MS si l’enseignant responsable a le sens de l’humour).

Bernard Alloz : Est-ce qu’il faut apprendre les dispositions du Code par cœur ?

Monsieur Valoche : Y’a pas de code en Relations internationales.

Bernard Alloz : QUOI ? Mais on doit apprendre quoi alors ?? C’est vraiment du droit ??

Monsieur Valoche : …

 

Certains étudiants signaleront à Monsieur Valoche qu’ils n’ont pas la fiche car l’Espace Numérique de Travail [roulement de tonnerre, bruissement de feuilles mortes, hurlements de loups à la pleine lune] était en panne lorsqu’ils ont voulu s’y connecter. Monsieur Valoche fera un sondage pour vérifier et constatera sans surprise que 35 étudiants sur 40 (l’exode n’a pas encore eu lieu) n’ont pas eu de souci pour s’y connecter et télécharger le fascicule.

 

Un silence de mort s’installera dans la salle au moment où Monsieur Valoche annoncera les modalités de ramassage des exercices écrits. Des réactions variées (cris, pleurs, pseudo-AVC, yeux exorbités) s’ensuivront. Les questions de coefficients et de jokers seront immédiatement abordées.

Monsieur Valoche : Vous avez bien compris ? Je ne prends que deux dissert’ par étudiant, sur la base du volontariat. Gérez bien votre calendrier.

Justin Cogens : (Parfait. Je peux faire le mort jusqu’à la séance 8 et être tranquille d’ici là. Aucune raison que ça se retourne contre moi.)

 

Monsieur Valoche précisera parfois que la moyenne sera « nuancée » par une note de participation, déterminée soit suite à un décompte à l’aide de petits bâtons/croix sur son cahier, soit grâce à une appréciation discrétionnaire post-lecture de cartes de tarot.

 

http://img107.xooimage.com/files/d/5/d/bacheloretteraoul-452b63c.jpg

 

Monsieur Valoche cassera l’ambiance en parlant (déjà) du galop d’essai… qui comptera parfois pour la moitié de la moyenne, malgré les quinze autres exercices qui auront été ramassés au cours du semestre. Il précisera qu’il faudrait fixer la date dès maintenant, en concertation avec le ministère de l’enseignement supérieur, afin d’être certain d’obtenir un amphithéâtre.

 

Il signalera que ce n’est sans doute pas lui qui corrigera les copies de son groupe mais un collègue, voire Jarod, et qu’il ne sera donc pas question que ses étudiants le tournent en ridicule en se plantant misérablement à l'épreuve. Il annoncera, avec douleur, qu’il est tout à fait probable que l’épreuve tombe un samedi matin, faute de mieux. Des réactions variées (cris, pleurs, pseudo-AVC, yeux exorbités) s’ensuivront.

Monsieur Valoche : Ça ne m’arrange pas plus que vous !

Kevina Postrophe : (« Galop » ça s’écrit bien avec deux « L » ?).

Raoul : (Les chacals de profs… Au total il va falloir lire la fiche chaque semaine, préparer les exercices, participer à l’oral, réviser pour le galop et en plus continuer à aller en cours magistral ?)

 

http://img109.xooimage.com/files/b/a/9/quiveutgagneraoul-452b682.jpg

 

Euh… on fait quoi maintenant ?


Monsieur Valoche regardera sa montre et constatera que la moitié de la séance s’est écoulée alors qu’il pensait avoir épuisé l’heure et demie. Craignant de devoir entrer dans le vif du sujet en faisant tout de suite du droit, il demandera avec insistance : « Et bien… maintenant que nous avons fait le tour des questions administratives, est-ce que vous avez des questions ? N’HESITEZ PAS ! ». Il feindra d’être agacé lorsque les questions seront posées mais y répondra avec exhaustivité.

 

Les étudiants regarderont leurs smartphones, constateront qu’il reste encore 45 minutes à combler et craindront de devoir se mettre à travailler. Ils poseront toutes les questions possibles et inimaginables pour gagner du temps.

Hermione Reloux : Monsieur, on peut faire un peu de méthodologie ?

Monsieur : Bien sûr !

Monsieur Valoche avait tout de même oublié d’apprendre à ses étudiants comment on présente une dissertation et un commentaire…

 

http://img109.xooimage.com/files/2/c/2/m-thodologieraoul-452b700.jpg

 

Monsieur Valoche demandera à quel point du programme en est le cours magistral, censé avoir commencé deux semaines avant le TD. Un étudiant répondra que « La prof’ en est à la Section 1, Paragraphe 2, petit b… de l’Introduction générale ».

Monsieur Valoche : (Enfeeeeer ! Ca veut dire qu’ils n’auront pas encore abordé les thèmes nécessaires à la compréhension de la séance de la semaine prochaine). Très bien, merci !

Linda [à voix basse] : Euh… Raoul, pourquoi t’as répondu ? T’es même pas venu au CM. La prof en est déjà au chapitre premier en plus.

Raoul [à voix basse] : *hausse les épaules* Il sera obligé d’être plus cool avec nous. De toute manière il ne s’en rendra jamais compte.

 

Monsieur Valoche décrètera, après avoir péniblement fait avancer la séance de plusieurs minutes, qu’il reste trop peu de temps pour aborder le fond. Il libérera les étudiants en avance « à titre exceptionnel » et leur donnera rendez-vous la semaine suivante, non sans avoir rappelé qu’ils doivent lui donner fiches et photos avant de partir.

 

Il recevra trois photos (sans les noms au dos) et les trois-quarts des fiches d'assiduité distribuées. Les autres photos mettront six semaines à arriver.

 

Des étudiants viendront parler avec Monsieur Valoche en fin de séance pour lui annoncer :

-qu’ils sont salariés et que faire un galop le samedi ça va être compliqué ;

-qu’ils prévoient d’être absents cinq fois pour des raisons diverses et variées (aquaponey, concours de pétanque, départ en weekend, etc.) ;

-qu’ils ne sont vraiment pas inscrits dans ce groupe et se sont gardés de se manifester jusque-là mais qu’ils souhaitent rester car Jarod Sakay a l’air fou et que « pitié, pitiééé » ;

-qu’ils ne comprennent pas la matière et s’inquiètent de savoir si ce sera comme ça toute l’année.

Finalement, le TD durera bien une heure et demie.

 

Monsieur Valoche regardera à nouveau sa liste de désormais 45 étudiants, se dira qu’il n’a franchement pas été à la hauteur pour son premier TD et rangera ses affaires avec résignation. Il traînera des pieds jusqu’à la machine à café, ingurgitera d’un trait son espresso à cinquante centimes et prendra l’air deux minutes.

 

Puis il retournera dans la salle où il vient de faire TD. Un nouveau groupe d’étudiants y sera déjà sagement installé.

« Bonjour, je suis Monsieur Valoche. Votre chargé de TD en Relations internationales ».

Et ce sera reparti pour une deuxième séance, pour la même matière… Généralement le chargé de TD sera beaucoup plus rôdé, ne fera pas les mêmes erreurs (quoique) et paraîtra beaucoup plus charismatique, débarrassé de sa feuille de salade entre les dents. Hélas, il aura la braguette ouverte cette fois-ci…

 

http://img105.xooimage.com/files/f/8/f/premier-td-452b5b4.jpg

 

Avec une pensée amicale pour mes anciens étudiants et mes encouragements à ceux d’entre eux qui sont devenus / deviendront, à leur tour, chargés de TD.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Soyez Les Bienvenus!

  • : Le Droit international expliqué à Raoul
  • : Blog destiné aux juristes en droit international, à leurs proches et aux curieux. Si vous parvenez à faire comprendre la clause de la nation la plus favorisée à votre maman grâce à ce blog, son objectif sera atteint. Animé par Valère Ndior, professeur de droit public à l'Université de Bretagne occidentale.
  • Contact

DI et fictions

DI et Fictions

the godfather movie-10643

Partie Une

Partie Deux

Voyez aussi le projet de recherche de l'ULB Droit international et Cinéma et ses analyses de films et séries (dir. Olivier Corten et François Dubuisson).

Contributeurs

Contributeurs

Ont contribué à ce blog, en leur nom propre ou sous pseudonyme :

Anne de T.
Brejon, Aude
Dichotome
Dufour, Geneviève
Ecudor, Henri
Freddy
Jeanne
Jo'
L'Auvergnate
Latty, Franck
Lauranne
Mael

Marie
Maurel, Raphaël

Rios, Jacobo
Rochas, Sabrin
Rousseau, Nicolas
Sakay, Jarod
Sébastien
Steeve
Stocri
Sur, Serge
Thibault
Thomas
Valoche, Hervé

 

Merci à tous ces enseignants, étudiants et amis du droit international !